lundi 1 septembre 2014

L'esprit belge

A priori, il est impossible pour un Belge d'expliquer ou de critiquer sa propre mentalité. Il faut fréquenter beaucoup d'expatriés et s'informer auprès d'étrangers pour essayer de comprendre l'esprit belge. Parce que chez nous, même l'absurde est commenté et accepté de façon absurde. Prenez cette histoire de passage pour piétons interdit aux piétons. En soi, ce sont des choses qui arrivent. Ce n'est pas l'image de ce panneau d'interdiction en plein milieu du passage clouté qui est surréaliste. Non, ce qui est dingue, c'est la réaction de Bruxelles-Mobilité qui ne semble pas du tout choqué et qui s'est justifié comme suit: "Il s'agit d'un double marquage. Ce sont deux situations qui se superposent". Wow! Ben oui, ça, on avait bien compris! Ils n'ont pas dit qu'ils avaient fait une erreur et que ça allait être rétabli tout de suite. Non, c'est une question de temps et d'autorisations… Et on a accepté ces explications sans s'indigner. Les journalistes n'ont pas été très choqués non plus quand on a volé l'ordinateur du Premier ministre dans sa voiture! Et pas dans un no man's land à trois heures du matin! Non, en plein après-midi, dans le quartier des clubs de fitness huppés et de la librairie branchée Filigranes, presque en face de l'Ambassade américaine! Parce que pour un Belge, c'est tout-à-fait normal de se faire voler à cet endroit! Un article a même été publié pour rappeler au Premier ministre les précautions à prendre pour ne pas se faire cambrioler sa voiture! Comme si c'était presque de sa faute. C'est le sens de la sécurité à la Belge. Autre fait surprenant: une septuagénaire a été agressée dans les locaux de la Commune d'Ixelles à cause de son nom à consonnance juive. A juste titre, on a été choqué et on a rappelé la vigilance nécessaire devant le retour des actes antisémites. Mais est-ce qu'il y a un seul journaliste qui s'est offusqué qu'on puisse se faire agresser à l'intérieur d'un bâtiment officiel? Non... Nous sommes en Belgique. Aujourd'hui, une dernière anecdote très belge: la ministre de l'enseignement, en plus de ne pas vraiment donner le bon exemple, vu sa fonction, au niveau langagier, a menti et cela a été prouvé par un enregistrement. Dans un autre pays, un ministre qui ment, quelle que soit la portée du mensonge, démissionne, en particulier s'il est responsable de l'éducation! Ici, non. Parce qu'en Belgique, un ministre peut mentir, "puisqu'après tout, ils mentent tous". Populisme? Non! Là, vous réfléchissez comme un Belge… Parce qu'il y a déjà eu des articles qui expliquaient qu'un politicien avait menti mais que ce n'était pas si grave car en fait, il n'était pas le seul, etc. En fait, l'esprit belge ne fonctionne que parce qu'il est partagé par tous. N'importe quel journaliste américain tomberait des nues en lisant tout cela. Cela prouve au moins que la Belgique existe et est même très solide, car dans ce pays, on se tient tous par l'absurde.


Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire