mercredi 3 septembre 2014

Décapitation de journalistes: pourquoi le "challenge" de l'Etat Islamique ne prend pas?

Avec ses vidéos de décapitation de journalistes, l'Etat Islamique a décidé de copier le Ice Bucket Challenge. Mais le buzz ne prend pas… Un beau cas d'école qui nous apprend les ficelles d'une bonne campagne sur le web. D'abord, il faut que le challenge soit facile à réaliser. Ici, il faut avoir le matériel adéquat, un déguisement complet, un couteau bien aiguisé. Il faut aussi habiter près d'un désert pour le tournage, mais surtout il faut connaître un journaliste qui accepte de se faire décapiter! Même un freelance ou un stagiaire déprimé ne se laisserait pas convaincre si facilement. Et pour que tout le monde s'y mette, il faut que des personnalités connues se prêtent au jeu. Mais comment les reconnaître si le tueur a le visage masqué? Il faut aussi qu'il y ait un message positif associé à la campagne. Dans le cas du Ice Bucket Challenge, il s'agissait de financer la recherche pour lutter contre une maladie. Dans le cas du "Head Cut Off Challenge" de l'EI, le message est moins clair (tuer la liberté de la presse? détruire l'occident?) et en tous les cas, très négatif. De plus, il vaut mieux éviter de s'associer symboliquement à une religion, car il est fort probable que tous ses fidèles ne partagent pas votre message, ce qui pourrait se retourner contre vous. Enfin, l'effet viral ne fonctionne pas car à la fin de la décapitation, l'assassin oublie de nominer 3 autres personnes! Et puis le plus important: ne vous attaquez pas aux journalistes si vous souhaitez faire le buzz. Parce qu'au final, si vous voulez vraiment changer le monde, ce sont les seuls qui peuvent vous aider.
 


Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire