jeudi 11 septembre 2014

Black-out: un compromis était possible!

Grosse déception avec la tournure que prend cette histoire de black-out. Les Flamands seraient privilégiés par rapport aux Wallons, selon le plan de délestage tel qu'il a été communiqué, c'est-à-dire très mal. En réalité, on a simplement suivi une logique technique. Mais quel gâchis. Notre pays est habitué aux compromis, aux accords équilibrés, au donnant-donnant, et là non, on suit bêtement l'avis des experts. Pas une solution à la Belge comme on a l'habitude d'en trouver. Et pourtant, il y en avait une. Une belle solution surréaliste qui nous aurait fait faire la une de tous les journaux du monde: le clignotement! Eh oui, vivre sans lumière pendant plusieurs heures, c'est impossible, mais avec une lumière qui s'allume et s'éteint toutes les deux secondes, aucun problème! Les activités quotidiennes peuvent poursuivre leur cours normal. Au lieu de couper l'électricité à un endroit pendant un long moment, on la coupe partout sur le territoire mais en alternance toutes les deux secondes. Cela évitera un baby-boom à l'automne prochain, dont nous n'avons pas vraiment besoin vu l'augmentation de la population. Et en plus, on sera de nouveau visible depuis la Lune. Bon, sinon il y a une autre option. Mais politiquement, cela ne passera jamais. On va manquer d'électricité d'une part et on veut obliger les chômeurs à accepter des jobs d'utilité publique d'autre part. Vous aussi, vous avez eu en tête, pendant deux secondes, l'image d'un vélo d'appartement?


Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire