mardi 10 juin 2014

L'homme le plus vieux du monde est bien vivant

Grosse bourde journalistique ce matin du quotidien La Libre, qui titrait en première page de son site "L'homme le plus vieux du monde est mort". C'est évidemment totalement faux. L'homme le plus vieux du monde était le plus vieux du monde lorsqu'il était encore vivant. Il ne peut pas être à la fois le plus vieux du monde et mort. On ne peut pas être vieux et mort en même temps. Eh oui, La Libre a voulu faire le buzz et a lancé ce scoop sans aucune vérification, mais c'était sans compter sur notre vigilance et notre déontologie journalistique. C'est un fait indéniable: quand l'homme le plus vieux du monde meurt, c'est un autre qui le remplace. C'est mathématique. Une erreur d'analyse d'autant plus grande que La Libre n'indique nulle part dans son article qui est désormais l'homme le plus vieux du monde. Or quel est l'intérêt d'atteindre un record de longévité si c'est pour qu'on en parle uniquement quand on est mort? Injuste et irrespectueux. Du côté de La Libre, on tente de minimiser: "Les gens comprennent ce qu'on a voulu dire." Un peu facile, car il s'agit d'un titre. Or, les gens ne lisent plus que les titres. Quelqu'un qui lirait l'actualité un peu trop vite pourrait se méprendre et croire qu'on peut continuer à vieillir après le décès, avec les conséquences qu'on imagine en termes de droit à la pension et à la mutuelle, dans nos économies où la sécurité sociale est déjà fortement mise à mal.     

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire