mercredi 28 mai 2014

Et pourquoi pas deux premiers ministres?

Quelques jours après le scrutin, les politologues et les éditorialistes ont déjà imaginé tous les scénarios possibles. Et ils sont nombreux car tout le monde a gagné mais pratiquement personne n'est incontournable. Il y a pourtant une piste qui n'a jamais été évoquée jusqu'ici: un gouvernement confédéral, avec deux premiers ministres à sa tête. D'un côté, un NVA, de l'autre un PS. L'astuce, c'est qu'on ne dirait rien à personne. Comme il n'y a plus de médias nationaux, il suffirait de faire croire que Bart De Wever est Premier ministre d'un gouvernement de centre droit du côté flamand, et du côté wallon, on dirait que c'est Elio Di Rupo à la tête d'une coalition de centre-gauche. Il y aurait un grand pacte au sein des rédactions des journaux et des télévisions du nord et du sud du pays pour ne jamais dévoiler la vérité aux électeurs. On devrait juste trafiquer les antennes pour que la Wallonie ne puisse plus capter la VRT, et inversement. Il y aurait deux conseils des ministres, deux conférences de presse, et le 16 rue de la Loi serait aménagé avec deux ailes distinctes. On n'y verrait que du feu. Seuls les Bruxellois seraient mis au courant de la supercherie, mais s'engageraient solennellement à ne jamais divulguer la vérité à leurs amis wallons ou flamands, en échange d'un arrêt immédiat du survol de Bruxelles.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire