mardi 18 février 2014

La SNCB va supprimer tous les trains

L'information semble sortir tout droit du Gorafi et pourtant, c'est une piste qui est sérieusement sur la table des discussions autour de l'avenir du rail. Les chemins de fer doivent relever six grands défis actuellement: la sécurité, la ponctualité, la vétusté du réseau et du matériel roulant, la situation financière de l'entreprise, le déploiement tardif du RER et l'arrivée de la libéralisation. La suppression de tous les trains, si elle paraît absurde à première vue, est la seule qui rencontre tous ces défis en même temps. S'il n'y a plus de train, il n'y aura plus d'accident. La sécurité serait alors assurée à 100%. Idem pour la ponctualité car s'il n'y a plus de train, il n'y a plus de train en retard non plus. Logique. Quant à la vétusté, ce ne sera plus un problème d'avoir des rails mal entretenus puisqu'aucun train ne circulera dessus. La fin des achats de locomotives entraînera une économie immédiate et permettra de revendre pas mal de propriétés, dont les gares, ce qui rapporterait gros à court terme. Quant au RER, le projet serait de facto "terminé" dès 2014. Enfin, la société des chemins de fer belges pourrait envisager la libéralisation du rail au niveau européen avec sérénité puisque cette stratégie hyperconcurrentielle et totalement différenciante devrait décourager tous les opérateurs étrangers d'entrer un jour sur ce marché étrange et surréaliste qu'est la Belgique.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire