mardi 7 janvier 2014

Comment écrire sur un sujet dont on ne veut plus entendre parler?

Voilà, je vais tenter un exercice un peu périlleux. En fait, il y a un sujet dont on parle énormément pour dans la presse pour l'instant. Un de ces fameux sujets, vous savez, qui fait "polémique" ou qui "enflamme la toile et les réseaux sociaux". Alors, évidemment, j'aimerais bien vous dire de quoi il s'agit. Mais je ne peux pas. Parce qu'il y a déjà eu d'autres éditorialistes qui ont déjà écrit qu'ils ne voulaient plus entendre parler de ce sujet, que l'affaire était close et qu'il valait mieux ne plus en parler parce que, plus on en parle, plus on aggrave la situation. Mais ce faisant, ils en ont parlé eux-mêmes. Et cela a entraîné d'autres réactions d'autres journalistes ou commentateurs qui ont voulu, à leur tour, faire ce fameux billet final, celui qui mettrait un terme définitif à toute cette histoire. Avec des titres qui sonnent comme des couperets: "Pour en finir avec l'affaire Untel". Mais à chaque fois, ils étaient bien obligés de citer le sujet dont il est question. Et ainsi participer eux-mêmes à l'entretien de ce buzz permanent. Voilà, c'est pour ça que j'écris ce billet. Parce que j'ai peut-être la solution: quand on dit qu'on ne veut plus entendre parler d'un sujet, il ne faut pas dire de quoi il s'agit. Sinon, c'est contre-productif. C'est pour ça que moi, je n'ai pas peur et je le dis haut et fort: il faut cesser d'en parler. Terminé!

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire