dimanche 5 janvier 2014

Dieudonné en quelques lignes

Je me souviens, à la grande époque de la mafia italienne, beaucoup de pizzerias étaient en fait de simples entreprises de blanchiment d’argent. Elles étaient souvent vides et le patron se foutait complètement de faire de bonnes affaires ou non. Cela ne veut pas dire que les pizzas n’étaient pas bonnes. Elles étaient même excellentes la plupart du temps. Mais comme la rentabilité n’était pas importante, de temps en temps, quand la tête d’un client ne lui revenait pas, le pizzaiolo crachait dans la pizza avant de la mettre au four. Dieudonné me fait un peu penser à ces pizzerias fictives qu’on voit dans les films de Martin Scorsese. Ce n’est certainement pas un mauvais comédien. Quand les caméras sont éteintes, beaucoup reconnaissent qu’il est même un des meilleurs sur scène. Et si vous allez revoir d’anciens sketches, vous vous surprendrez à rire à gorge déployée devant la finesse de certains textes et la précision de son jeu d’acteur. Mais voilà, depuis plusieurs années, Dieudonné crache dans toutes ses pizzas. Tout le monde ne le voit pas. Et certains continuent de fréquenter sa pizzeria fictive pour de bonnes ou de mauvaises raisons. On ne pouvait pas imposer la fermeture des pizzerias mafieuses à l’époque. Sur quelle base ? Il y avait toujours des clients aveugles pour dire que les pizzas étaient excellentes. Non, la seule chose à faire, c’était d’aller manger des sushis ou des hamburgers pendant un certain temps. Les pizzerias mafieuses, en général, finissaient par fermer toutes seules. C’est d’ailleurs souvent le patron lui-même qui y boutait le feu.

2 commentaires :

  1. grisard...clémence9 janvier 2014 à 00:25

    j'aime bien votre style,léger ,un peu, si peu impertinent ....ça me fait rire ..pas trop fort ....mais plus que Dieudo....

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour,

    Je m'étonne de ne pas voir mon commentaire publié. J'avais pourtant patiemment pris le temps de vous répondre.
    Force est de constater que vous refusez le débat, ce qui est votre droit, vous êtes chez vous. Mais sachez que la censure ne vous fera avancer en rien. La censure, ce n'est pas le progrès.

    RépondreSupprimer