dimanche 10 novembre 2013

Qui a tué qui?

Que s'est-il réellement passé ? S'agit-il d'un assassinat, d'un suicide, voire d'un accident ? Plus l'enquête avance, avec son flot de révélations exclusives, plus on semble d'enliser dans un roman-fleuve. Comment expliquer un tel événement atroce ? Comment tout peut basculer du jour au lendemain dans la vie d'un homme, dans la vie d'une femme, et bien sûr dans la vie des enfants concernés par cette affaire. La mer semblait si calme en ce mois de novembre 2013, et soudain, tout s'est précipité dans un tourbillon de violence. Des cris ? Des appels au secours ? Il était déjà trop tard. Les mouvements de la folie, une fois lancés, ne s'arrêtent plus et emportent leurs victimes sans broncher. Sur les lieux du drame, on ne comprend toujours pas. Il est trop tôt. L'événement rappelle un autre drame similaire il y a quelques années, mais personne n'ose faire de comparaison. Parmi les proches, c'est le moment du deuil et du recueillement. Le public suit cette affaire de loin, regarde les images en boucle à la télévision, toujours impuissant devant les drames du monde. Des journalistes se risquent à quelques interprétations hasardeuses, mais le mystère reste entier :
« Qui a tué 'Philippines' ? »


Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire