dimanche 6 octobre 2013

Last-minute

Je ne sais si vous avez la même impression, mais je trouve que les voyages low-cost, cela devient n’importe quoi. Récemment encore, mon épouse et moi nous avons pris un billet aller simple Erythrée-Italie. D’abord, c’est toujours la même chose : on ne vous amène pas directement là où vous voulez aller, car la destination exacte est "Lampedusa". De là, il faut encore prendre une autre navette ! Mais si ce n’était que ça… Les compagnies à bas prix tentent de rentabiliser chaque trajet en compactant les voyageurs au maximum. Mon épouse me le disait encore en allant vers Lampedusa : « On n’a pas beaucoup de place pour les jambes ! ». Mais ce n’est pas tout. Il y a aussi le problème du surbooking. Ils acceptent deux fois plus de réservations mais après, au final, on se retrouve à devoir se séparer de certains passagers en cours de route ! Inacceptable car il n’y a aucune possibilité de remboursement. Et à propos du prix, le low-cost n’est pas toujours aussi bon marché que cela ! C’est un peu à la tête du client. Bien sûr, il y a toujours la solution du last-minute… Mais bon, le pire dans tout ça, c’est le non-respect des règles élémentaires de sécurité. Nous l’avons encore échappé belle dans le naufrage l’autre jour et nous sommes finalement arrivés à destination. Mais pour des centaines de passagers, le « last-minute » portait bien son nom !

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire