jeudi 31 octobre 2013

Comment je suis devenu Flamand à pile ou face

Après avoir lu le programme institutionnel de la NVA, qui dit que les Bruxellois devront choisir un jour s’ils sont Flamands ou Wallons, j’ai décidé de prendre les devants : pile ou face ! Avec pour témoins mes collègues de bureau, j’ai confié mon sort à une pièce de 2 Livres sterling, par souci d’objectivité et surtout de respect ; il eut été déplacé d’impliquer notre Roi dans ce jeu dangereux. Pile : Wallon. Face : Flamand. Quel stress ! Le temps se ralentit, je vois la pièce s’élancer vers le ciel en tournant sur elle-même à toute vitesse. Les images défilent dans ma tête. Devenir Wallon... Je vois un contrat de travail dans une intercommunale, une autoroute en forme de gruyère, une rangée de 12 verres de péket et puis j’ai un choc, je vois apparaître le visage souriant d’André Antoine en tenue de cycliste au beau vélo de Ravel. Mais ça tourne dans ma tête. Devenir Flamand… Je suis aux urgences d’un hôpital bruxellois et personne ne me comprend ! Pire, j’ai deux vérandas et trois garages ! Et puis, je me retrouve dans un lit avec les trois chanteuses de K3 mais quand je me frotte les yeux, je m’aperçois qu’elles ont toutes le visage de Brigitte Grouwels ! Finalement, la pièce claque dans ma main et donne son verdict. Face ! Transformation immédiate : « Allez, collega’s, terug aan ‘t werk ! »

1 commentaire :