lundi 2 septembre 2013

Il va faire beau, d'après un sondage

S’il y a un métier que je n’aimerais pas exercer, c’est « journaliste qui écrit des articles commentant les résultats des sondages électoraux ». Cela demande beaucoup trop d’imagination et de créativité. Prenons le dernier sondage du jour. En juin 2010, la NVA était le premier parti en Flandre et remportait 28, % des suffrages. Selon la dernière enquête d’août 2013, la NVA est toujours le premier parti en Flandre, mais à 30,7 % (avec une marge d’erreur de 3%). L’article qui explique ces résultats s’intitule : « Coup d’arrêt pour la NVA ». Du côté wallon, le PS était à 37,6% en juin 2010. Il est désormais à 31,4%. C’est sur cette base que l’article dit qu’il « creuse à nouveau l’écart » ou « reprend des couleurs ». Un autre article résume bien le tour: "La NVA perd du terrain, le PS se replume" (sic). Bref, on voit bien tout le génie et l’inventivité nécessaire pour faire ce métier. Sur base de données imprécises, il faut tirer des conclusions et faire des titres, tout en s’inscrivant bien dans l’air du temps qui est directement lié aux conditions météorologiques (en gros, « il fait meilleur »). Je me demande d’ailleurs si ces commentateurs de sondage ne sont pas en fait les mêmes qui font les prévisions météo (notamment celui qui a annoncé un « été pourri » cette année). Il va faire de nouveau jusqu’à 30 degrés cette semaine. On verra si c’est vrai. C’est comme les sondages, le seul où il n’y a pas de marge d’erreur, c’est celui de mai 2014.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire