lundi 30 septembre 2013

Chèques-trépas

Beaucoup de questions au sujet des chèques-repas « qu’on parle de supprimer ». Rassurons d’abord les lecteurs : non, on ne va pas vous prendre VOS chèques-repas, mais on va peut-être cesser de les matérialiser différemment qu’un salaire. Ben oui, un chèque-repas, ce n’est jamais qu’une monnaie scripturale parallèle. Une sorte d’argent défiscalisé qui ne sert qu’à acheter de la bouffe, dans un restaurant, une épicerie ou un supermarché. On devait d’ailleurs rendre ces chèques "numériques". En créant un compte spécial à chèque-repas. Au final, cela revient à un transfert d’argent. Un peu comme… euh… un salaire. Mais il y a des mécontents. Notamment le syndicat des chèques-repas qui dit: "Attention, c’est beaucoup d’emplois dans l’horeca et dans le secteur des chèques-repas (sic)". Pour l’horeca, faut voir. Vu le prix d’un caddy rempli, la plupart des chèques-repas se retrouvent au supermarché le deuxième jour du mois, ce qui embête la caissière : "C’est des à combien ?". Par contre, ceux qui produisent, impriment et distribuent les chèques, ça, ça fait du monde ! Curieux de voir combien de temps prendra la suppression totale de ce système, dans un pays où certaines pensions sont encore livrées en cash à la maison par les "apporteurs de demain".

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire