dimanche 4 août 2013

Viré parce qu’il avait dit qu’il était triste sur Twitter !

C’est peut-être un dangereux précédent qui vient de se produire à Bakkassab dans l’Etat du Belgicut : un ouvrier d’une petite usine de porcelaine de la marque ‘Jovial’ a été viré à la suite d’un tweet qui a créé la polémique. En effet, le jeune homme aurait publié sur le réseau social : « Quelle journée de m… , pas trop le moral aujourd’hui ». Un tweet a priori anodin si ce n’est que l’enquête a montré qu’il avait été publié pendant les heures de boulot ! Une source anonyme aurait alors transmis le tweet incriminé à une feuille de choux locale en mal de scandales. Sous pression médiatique, la direction de l’usine a justifié le licenciement : « Etre malheureux est en contradiction avec l’image de marque des porcelaines ‘Jovial’ ». Le jeune homme avait pourtant mis « Mes tweets n’engagent que moi » mais Google permettait vite de retrouver le nom de l'entreprise qui l'employait. A la suite de cela, un débat éclatait sur la toile: Peut-on encore dire qu’on est triste en ligne sans engager son employeur ? Comme le résume cet expert en nouveaux médias : « Sur Twitter, quand on n'a pas le moral, mieux vaut s’abstenir. Ou alors le prendre avec humour... mais attention, pas n’importe lequel! ».

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire