dimanche 4 août 2013

Pourquoi la presse va mal

Selon un rédacteur stagiaire sous-payé, travaillant dans la rédaction presque vide d’un grand journal de qualité, qui a recopié un paragraphe dans un article d'un autre grand journal français, dont le journaliste avait lui-même glané l’information sur un portail internet qui republiait automatiquement une dépêche d’une agence internationale travaillant principalement avec des freelances, parmi lesquels un rédacteur indépendant complémentaire avait eu l’idée de faire un papier comparatif sur base de données exclusivement récupérées sur Internet sans en vérifier la validité des sources et qui avait notamment recopié telles quelles des déclarations mal traduites d’un sociologue international à temps partiel qui se basait sur des études scientifiques mais aussi sur des conclusions approximatives tirées du compte Twitter personnel d'un jeune étudiant en journalisme essayant de se faire un nom sur la toile en tant que spécialiste des médias avant la fin de ses études voyant bien qu’il aurait du mal à trouver un emploi stable dans le secteur directement après avoir été diplômé, et qui écrivait ses billets sans rien vérifier malgré ce qu’il était censé avoir appris à l’école, eh bien selon cette source donc, la presse va mal.

7 commentaires :

  1. Evidemment; quand on fait des phrases aussi longues, le lecteur ne suit plus...

    RépondreSupprimer
  2. "un grand journal de qualité" ????
    Ah bon ? Ça existe encore ?

    RépondreSupprimer
  3. Sur les précédents commentateurs :

    Le faible taux de personnes capables de second degré et d'ironie explique pourquoi ces sites n'auront jamais une grosse audience ... et pourquoi les grands médias seront toujours sollicités...

    Excellent article sinon, j'ai beaucoup aimé :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Excellents en effet, et l'article, et le commentaire qui précède. Quant aux premiers... Chut et hélas...

      Supprimer
  4. Constat tristement réaliste mais tellement amusant présenté ainsi.

    RépondreSupprimer
  5. Un journal de qualité ? Bien rare !

    RépondreSupprimer