mercredi 3 avril 2013

Les Belges ont un conte à l’étranger

C’est un scandale de très grande ampleur qui vient d’être révélé dans le plat pays : les Belges ont menti. Après avoir promis, au lendemain des élections présidentielles de mai 2012, de ne plus suivre la vie politique française avec une assiduité démesurée, les Belges n’ont pas tenu leur engagement. L’affaire Cahuzac qui fait couler beaucoup d’encre et chauffer les claviers vient de nous le rappeler tristement : les Belges lisent les journaux à l’étranger. Les médias nationaux, y compris flamands, tentent pourtant de couvrir l’événement tant bien que mal pour rapatrier cette fuite d’audience. Mais rien n’y fait : le Belge place son attention à l’étranger et investit sa curiosité dans ce paradis médiatique qu’est devenu la France. Un sociologue a essayé de nous expliquer ce phénomène: « Il y a une sorte de désenchantement des Belges par rapport à leur actualité. Soit parce qu’il ne se passe pas grand-chose chez nous, soit parce que la presse s’est endormie en même temps que les citoyens. Du coup, les lecteurs portent leur intérêt sur ce qu'on raconte à l’étranger. A ce titre, l’affaire Cahuzac est particulièrement intéressante pour eux: être puni parce qu’on a placé son argent sur un compte à l’étranger, c’est assez surprenant pour un Belge ! »

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire