mercredi 13 mars 2013

La Marche de l'empereur

Il y a quelque chose que je n’ai pas bien compris hier. Des millions de gens se sont battus pour se rendre à leur lieu de travail. Il y avait des problèmes partout avec la neige. Des milliers de kilomètres de bouchon sur les routes. Le réseau ferroviaire, proche du chaos. Les transports en commun, plus que fortement perturbés. Des voiries pratiquement inutilisables pour les cyclistes. Même à pieds, il était presque impossible de se déplacer sur certains trottoirs. Et pourtant, des millions de gens ont tout fait pour se rendre au boulot. Ils ont fait des trajets qui n’en finissaient plus, ils ont mis parfois jusqu’à trois à quatre fois plus longtemps que d’habitude pour arriver. Ils se sont plaints pendant toute la matinée. Sur les réseaux sociaux, à la radio, à la télévision. Tout ça pour se rendre au boulot… Eh bien, vous savez quoi ? Après avoir affronté le temps glacial, la neige, les trains bondés, les attentes désespérées aux arrêts de bus, les immobilisations interminables de leur voiture sur la chaussée, les selles de vélo humides, les chutes dans la neige… Après avoir traversé tout cela pour arriver au boulot, vous savez ce qu’ils ont fait quelques heures après ? Ils ont tous cherché à rentrer à la maison ! Faudrait savoir ce que vous voulez, les gars !

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire