Pages

lundi 12 novembre 2012

Un sapin peut en cacher un autre

Il y a tout un débat sur le sapin de Noël de la Grand’place de Bruxelles. Cette année, il ne sera plus coupé en forêt mais sera remplacé par un sapin électronique virtuel composé d’acier recouvert de bois et illuminé par des guirlandes flash et des lumières LED. Sur les réseaux sociaux, certains s’en offusquent : où vont nos traditions chrétiennes ? Y a-t-il un fond islamulticulturoreligieux derrière cette décision ? On comprend l'inquiétude. Les traditions de Noël sont en perte de vitesse depuis un bon moment. Ça a commencé par les cadeaux. Qui offre encore aujourd’hui de l’encens, de la myrrhe ou de l’or le soir du réveillon ? Oh, c’est vrai qu’il y a sûrement un peu de cuivre dans les Iphone et dans la Wii, mais on ne peut tout de même pas accepter que les parfums traditionnels soient remplacés par les savons de la chaîne Occitane-en-Provence! Le remplacement de l’âne et du bœuf par des effigies en terre cuite était plus compréhensible, simplement pour des raisons pratiques; tout le monde n'ayant pas un living suffisamment spacieux. Mais pas le sapin de la Grand’place! Le pire, c’est que cette pratique risque de se généraliser. Vous imaginez, les Belges se rendant en masse au Brico pour acheter un faux sapin en plastique fait en Chine? Inacceptable...