jeudi 8 novembre 2012

Friendly

On a donc appris, à l'occasion des élections américaines, que François Hollande ne parle pas du tout anglais. Ben oui, écrire "Friendly" à la fin d'une lettre au lieu de "Amicalement", ce n'est pas une "gaffe" ou une "bourde" comme dit la presse, mais bien la preuve irréfutable que le Président français n'en touche pas une dans la langue de Shakespeare. A vrai dire, il n'a même pas le niveau du traducteur automatique de Google. A mon avis, lors de la sélection du Président, le service des ressources humaines a complètement oublié de lui faire passer les tests linguistiques. Bon, cela dit, c'est un message d'espoir pour tous ceux qui cherchent du boulot. Contrairement à ce qu'on raconte, il ne faut pas toujours être bilingue ou trilingue, même pour accéder à des postes importants comme chef d'Etat. Mais lorsqu'on ne connaît absolument rien d'une langue, mieux vaut s'abstenir d'improviser si on dirige un pays, car pendant deux jours, les agents de la CIA se sont arraché les cheveux: "C'est sûrement un message codé... Qu'a-t-il voulu dire par 'friendly'?" Finalement, Obama a mis fin à ce quiproquo et a répondu lui-même à Hollande, en français, par un laconique: "Merci François. Gentils regards, Barack"

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire