lundi 1 octobre 2012

La décroissance pour les nuls

D’abord, ils ont dit qu’il fallait consommer malin, ne pas gaspiller, et ne pas acheter ce qui était inutile. Alors on a fait attention. Puis, on a dit qu’il fallait prendre moins souvent la voiture et qu’il y avait moyen de s’en passer. Alors on a acheté moins de voitures. Puis on nous a permis de produire nous-mêmes notre énergie en installant des panneaux sur le toit. Alors on a fait les travaux et maintenant on achète moins d’énergie. Il y a eu aussi la mode du seconde main, de la réparation, de la restauration. C’est bien car cela freinait la surconsommation et la production de déchets. Et bien sûr, il y a eu Internet où plein de choses qu’on achetait avant, par exemple les journaux, sont devenus gratuits. On peut aussi y faire plein de trucs soi-même et ne plus payer pour cela, comme organiser un voyage ou faire des virements. Même les opticiens s’y sont mis et désormais, quand on achète une paire de lunettes, on en reçoit une deuxième pour rien. Et pour ceux qui en avaient assez de payer cher pour aller au restaurant, ils ont décidé de donner des cours de fine cuisine à la télévision. Et puis, tout-à-coup, y a un économiste qui est sorti de nulle part et qui a dit : « C’est la crise. Les gens ne consomment plus ! » Ben, y faudrait savoir, hein !

1 commentaire :

  1. Réflexion utile, mais ceci dit quelques réserves:
    - le gros morceau de la crise qui nous occupe actuellement est moins dûe à un manque de consommation qu'à des choix d'investissements véreux de certains organismes financiers. Et, petit à petit, les mesures d'austérité ne vont pas vraiment inverser la tendance.
    - l'investissement et la ré-affectation de budgets de ménages vers des pistes plus "durables" et écologiques crée une activité économique qui substitue (partiellement, peut-être) le manque d'activité ailleurs. Ainsi, pour le photovoltaïque, l'isolation, etc. les mêmes secteurs visés par le "manque à consommer" s'adapte et font même mieux qu'avant (merci les aides publiques).
    - j'ai ouïe dire qu'un intéressant débat se préparait chez les écolos : "La croissance, est-ce un sujet tabou chez les écolos ?"
    Réflexion il doit y avoir !

    RépondreSupprimer