samedi 22 septembre 2012

Qu’est-ce qu’un plouc ?

C’était un peu le sujet d’un reportage du journal télévisé ce soir. Le bourgmestre de Blankenberge aurait déclaré qu’il veut améliorer le standing de sa station balnéaire ce qui, en journalisme contemporain, a été résumé par « Le bourgmestre veut moins de ploucs ». La caméra se balade alors sur la côte pour interroger la réaction des touristes. Moment difficile, car on ne sait pas très bien ce qu’est un plouc. Il y en a peut-être parmi les témoins. On cherche avec eux à définir le plouc. Après le tatouage, l’élément « celui qui va à la mer avec un frigo-box » surgit très vite dans le débat. C’est vrai que personnellement, quand je vais au littoral, je préfère voyager léger et me réjouis d'aller au restaurant. Un frigo-box, je trouve ça un peu plouc. Mais je n’ai pas d’enfants. « Je n’ai que moi à songer» comme dit ma mère. Donc, ça ne compte pas. Et puis, j’ai beau faire le malin, si je vais au Zoute avec ma Citroën à crédit, je risque moi aussi de passer pour un plouc. Même la journaliste de la RTBF, quand elle interviewera Bill Gates, l’homme le plus riche du monde, aura elle aussi, un jour, l'air d'une plouc. Au fond, c’est peut-être ça être plouc: ne pas avoir conscience qu’on peut toujours être le plouc de quelqu'un d'autre.

2 commentaires :

  1. j'aime beaucoup la tournure du plouc dans votre texte et oui, je pense aussi que nous serons toujours un plouc pour un autre plouc ;o)..
    Arrêtons donc de cataloguer de vouloir mettre tout le monde dans un moule, on se rend bien compte qu'on est tous différent non de Dieu! Sinon nous aurions pu naître tous avec la même tête tous des clônes. Est-ce que la société veut cela? SI oui, qu'il progresse dans le clonage alors...

    RépondreSupprimer
  2. C'est un peu comme les cons. On est toujours le con de quelqu'un d'autre...

    RépondreSupprimer