jeudi 16 août 2012

Doel 13

Il y a eu un reportage hallucinant à la une du journal télévisé ce soir. On parlait de la centrale nucléaire de Doel, où le réacteur numéro 3 est fermé à cause, je cite, "de milliers de micro-fissures d'une épaisseur de deux centimètres". Le patron de la sécurité nucléaire s'est voulu rassurant: "C'est sur une grande longueur car le diamètre de la cuve est de 4,5 mètres". Bon, "des milliers", en français, ça veut dire au moins 2000... 2000 x 2 cm, ça fait bien 4000 cm, soit au moins 40 mètres de fissures. Or si la cuve fait 4,5 mètres de diamètre, alors avec "des milliers de fissures de 2 cm", il n'y a déjà plus de cuve du tout! Cela dit, ce n'est pas très grave. La plupart des Belges sont en congé et n'ont probablement pas vu ce reportage surréaliste. Et puis, personne n'a l'air de s'inquiéter, même la voix de la journaliste est détendue. Après tout, ça fait trente ans qu'il y a ces fissures. Ça marche très bien comme ça! Le seul truc qui m'a fait un peu peur, c'est la réponse du directeur de l'agence nucléaire à la fin, quand il explique pourquoi on ne peut pas rallumer le réacteur: "Parce qu'on a le sentiment d'être mal à l'aise avec le nombre de fissures qui se trouvent dedans. Réponse honnête." (sic) Ce sont surtout les deux derniers mots qui foutent les jetons.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire