Pages

mardi 24 juillet 2012

Le syndrome de la mamy à la boulangerie

Un truc que les primo-arrivants devraient apprendre dans leur parcours d’intégration belge, c’est le syndrome de la mamy à la boulangerie. Cela demande énormément de patience quand vous êtes derrière elle dans la file. Il faut donc bien saisir sa psychologie. La vieille dame commence toujours par commander son pain. Enfin, ses pains. Enormément de pains, de plusieurs sortes. C’est à se demander ce qu’elle fout avec tous ces pains ! Elle fait une cabane ou quoi ? Ensuite, entre chaque élément de la commande, il y a un silence. C’est normal. Mamy retient toute sa liste de mémoire. Puis, on passe au moment de la tarte au sucre. Oui, en Belgique, on mange des tartes avec cet unique ingrédient. C’est un truc spécial « diabète ». Un peu comme si, en Italie, on mangeait des pizzas au sel. Bon, après, je vous passe la série des couques commandées toutes séparément (la vieille dame adore les sachets en papier) Et puis, à la fin, il y a un blanc. On croit que c’est terminé. Mais non, après quelques secondes, dans un sursaut, elle s'écarte de sa liste et lâche cette fameuse phrase : « Et vous me mettrez encore cette petite tartelette, là ! » Il faut être patient. Inutile de vous plaindre du regard auprès de la vendeuse. A 28,5 euros d’addition, elle ne vous voit même pas…