mardi 5 juin 2012

Pourquoi y a-t-il encore des habitants à Bruxelles ?

Quand j’étais petit, j’étais Wallon (j’habitais en Wallonie). Quand on me parlait de Bruxelles, on disait que toujours que c’était dangereux, « surtout à Schaerbeek ». Plus tard, il y a eu des "émeutes" près de la place Bethléem, entre Saint-Gilles et Forest, qui sont devenues les horribles communes à éviter. Ensuite, j’ai habité Anderlecht quelques temps. Et là, on me demandait toujours comment je faisais avec ma voiture (n’était-elle pas détruite chaque soir par des hordes de jeunes désœuvrés ?). Saint-Josse, la commune la plus pauvre du pays, le Sierra Leone belge, a eu aussi sa mauvaise réputation passagère. Aujourd’hui, c’est Molenbeek. Le Soir en ligne menait un débat tout en nuances ce matin : « Molenbeek est-il le Bronx ? ». Mais Bruxelles, c’est plus que l’insécurité. C’est aussi les embouteillages monstres, les piétons régulièrement écrasés par des trams silencieux rendus invisibles par la grisaille de la ville. C'est le bruit, la pollution, les manifestations. Sans parler des prix de l’immobilier. Avec ces fonctionnaires internationaux, c'est devenu impossible de se loger. Alors, je me pose souvent la question : puisque Bruxelles est si horrible à vivre, pourquoi y a-t-il, chaque année, toujours plus d’habitants ?

7 commentaires :

  1. Poser la question, c'est y répondre.

    Les personnes les plus virulentes envers Bruxelles sont souvent celles qui y viennent -la peur au ventre- deux fois par an...

    RépondreSupprimer
  2. Parce que ceux qui y vivent n'ont pas le choix de ne pas le faire.

    RépondreSupprimer
  3. Les nouveaux habitants sont peut-être issus du regroupement familial et des régularisations, tout simplement. Le reste de la population quitte Bruxelles si elle en a l'occasion et les moyens, y compris d'ailleurs les Turcs (sur les axes Vilvorde-Zemst-Malines et Grimbergen-Vilvorde-Machelen) et les Marocains (Vilvorde, Sint-Pieters-Leeuw et jusqu'à Renaix).

    Ceci dit, moi je suis parti (à Vilvorde) parce que je voulais acheter, que je ne voulais pas avoir de copropriétaires et que vu mes moyens c'était impayable à Bruxelles. Et dans mon nouveau quartier il y a des Flamands, des francophones, des Turcs, des Marocains, des Africains subsahariens, mais avec des espaces verts et des terrains de jeux, et dans des petites maisons individuelles avec jardins, les gens ne sont pas les uns sur les autres. Et (à part les Turcs évidemment) les enfants parlent entre eux en néerlandais ou en français et se mélangent sans considération d'origines.

    RépondreSupprimer
  4. Je vis à Bruxelles et ai toujours vécu à Bruxelles et cette ville je l'aime et si on ne l'aime pas on la quitte lol moi, c'est mon eldorado, la où j'ai tout trouvé, ma femme, mes amis, mon boulot, etc.... pq quitté une ville qui d'apparence est bruyante mais qui dans le fond apaise tous les coeurs

    RépondreSupprimer
  5. parce que Bruxelles, c'est comme ça http://goo.gl/almOQ !

    RépondreSupprimer
  6. Carlo de Pascale7 juin 2012 à 20:28

    Une des villes les plus vertes d'Europe, un charme incroyable malgré la bruxellisation. Bruxelles devrait avoir le même courage politique que d'autres capitales européennes en matière de mobilité et on y retrouverait encore plus de qualité de vie. C'est maintenant un genre que l'on se donne de dénigrer notre capitale, dommage, nous devrions en être fiers. Le fédéral aussi devrait en être fier en lui donnant plus de moyens pour faire face à ses défis: nouveau habitants, donc mobilité, donc logements, donc écoles.

    RépondreSupprimer