dimanche 15 avril 2012

Vilain Villo

Ça devient difficile de faire de la pub sans choquer personne. Il y a toujours une association pour décrier telle ou telle campagne, comme ce spot pour lutter contre la malbouffe où l’obésité était caricaturée à l’extrême. Il y aussi ces affiches pour la promotion du Villo à Bruxelles. La première montrait Brigitte Bardot sur un vélo, à l’époque où la star était un sex-symbol et qu’elle n’était pas encore connue pour ses propos racistes ou homophobes. Choquant pour certains. Pas de chance, la nouvelle vague d’affiches pour le Villo montre une photo de Jacques Tati fumant la pipe au guidon. Les associations de lutte contre le cancer ont réagi. Fumer tue mais on imagine mal Tati mordillant une brindille, insérée avec Photoshop, comme Lucky Luke. La pub est devant un dilemme : pour faire le buzz, il faut marquer les esprits. Ce qui finit toujours par choquer l’une ou l’autre association de défense de quelque chose. Peut-être aurait-on dû condenser tous les maux en une seule affiche, histoire de neutraliser tout le monde : Brigitte Bardot sur un vélo, appréciant une bonne pipe. Avec un peu de chance, on aurait eu aussi les féministes sur le dos. Ou alors, il faut carrément arrêter de faire de la publicité. Et se taire. Même la ligue des muets n'y trouverait rien à redire.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire