lundi 30 avril 2012

Faites du travail

Il y a quelque chose que je n’ai jamais compris avec la fête du travail le 1er mai. Pourquoi on ne travaille pas ? Oh, ce n’est pas qu’il faille nier l’histoire des combats syndicaux et ne pas célébrer nos acquis sociaux. Mais pourquoi est-ce que le jour où l’on est censé fêter le travail, on ne travaille pas ? C’est la seule fête qui fonctionne comme ça. Lors de la fête de la musique, on fait de la musique. Lors de la fête de la bière, on boit de la bière. Lors de la fête du muguet, on « fait quelque chose » avec du muguet. Pour le travail, c’est exactement l’inverse. Le jour de sa fête, on n’y touche pas du tout ! Est-ce que le jour de la fête des mères, on supprime les mères ? Est-ce que lors de la Saint-Michel ou la Saint-Julien, on nie les Michel et les Julien ? Non, au contraire ! Alors pourquoi ça fonctionne comme ça le 1er mai ? Peut-être que les gens, au fond, n’aiment pas vraiment travailler. Enfin, ceux qui ont déjà un job. Car le problème de la fête du travail, c’est que c’est un jour férié. Ce jour-là, pas d’espoir à l’horizon pour les demandeurs d’emploi : les bureaux sont fermés, le facteur ne passe pas, il n’y a aucune nouvelle annonce publiée… Pourtant, en 2012, il y a sans doute moins de gens qui rêvent de se voir offrir du muguet que de gens qui rêvent de se voir offrir un contrat à durée déterminée.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire