mardi 13 mars 2012

La France du nom

Selon les experts, ce n’est pas sur le programme que l’élection présidentielle va se jouer. Cette année, ce qui sera décisif, c’est le nom du candidat. D’après les sondages, "Poutou" va l’emporter largement: Poutou, c’est doux, c'est soyeux, c’est gentil. Ça donne envie de se détendre: idéal après l’agitation des cinq dernières années! "Mélenchon" a voulu le copier, mais c'est trop long. Il y a "Joly" aussi: un terme positif, avec une orthographe ouverte sur le monde. Quant à "Le Pen", ça, c’était vraiment une erreur : on ne reprend jamais le nom d’un candidat malheureux du passé. Sinon, dans les perdus d’avance, il y a aussi "Hollande". Prétendre à la plus haute fonction de France en empruntant le nom d’un autre pays, ça brouille le message! Un autre mal embarqué, c’est "Bayrou". Un nom qui peut se prononcer de deux façons différentes : difficile quand on doit rassembler. Mais le plus mal barré, le pire de tous, un qui n'a vraiment rien compris, c’est celui qui a choisi le nom "Sarkozy". Quelle idée de reprendre le même nom que le président actuel, dont la popularité est au plus bas ! Comment voulez-vous, dans ces conditions, séduire la France du nom?

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire