samedi 28 janvier 2012

Wallonie et éternité

On entend souvent cette phrase dans la bouche des responsables et des observateurs: « Vous savez, une semaine en politique, c'est une éternité ». Et c'est vrai, en quelques jours, en quelques semaines, une situation peut basculer. Regardez la campagne électorale française. Tout semble rouler pour le candidat socialiste. Les sondages le donnent gagnant. Les prestations télévisuelles s'améliorent. Le programme se précise. Si on votait demain... Mais il reste encore des semaines, des mois avant le scrutin. Et en politique, c'est une éternité. Une gaffe, une catastrophe naturelle, une guerre, un scandale, un message maladroit sur Twitter: tout peut chavirer. Quelques jours, quelques semaines, quelques mois. Une éternité. Il est presque devenu impossible de se projeter dans l'avenir. Les politiciens eux-mêmes le répètent inlassablement, dès qu'on leur demande de prévoir une évolution à moyen terme: « Vous savez, on verra le moment venu. », « Il peut se passer encore beaucoup de choses d'ici là. », « Une semaine en politique, c'est une éternité ». Cette incapacité avouée à prédire l'avenir a une conséquence malheureuse: il est devenu difficile d'acquérir une crédibilité lorsqu'on annonce un plan intitulé « Horizon 2022 ».

1 commentaire :

  1. Joli... Ce plan 'Horizon 2012' m'avait déjà fait sourire, ici encore plus!

    RépondreSupprimer