vendredi 13 janvier 2012

Vendredi 13 lignes

Pour faire des économies, il y a deux options. Soit on décide de renoncer à une seule grosse dépense et on fait un énorme sacrifice en une fois. Soit on fait des petites économies un peu partout. On termine bien le pot de confiture, on ne jette plus rien, on n'accélère plus comme un con pour aller freiner devant un feu rouge, etc. C’est comme les prix qui augmentent. Le jus d’orange, le diesel, le ticket de train : tout augmente, un petit peu, partout, pour tout le monde. On aurait pu faire augmenter un seul produit, massivement, pour une seule personne. Un client va à la boulangerie, tombe par hasard sur un pain blanc carré coupé à 500.000 euros, et il est obligé de l’acheter à ce prix-là. Ce n’est pas tenable. C’est la même chose pour le budget d’un Etat en période d’austérité : on peut soit demander un petit effort à tous les citoyens, soit décider que quelques personnes, choisies au hasard, payent une énorme somme d’argent. Mais ce serait inacceptable, car c’est arbitraire et totalement déséquilibré. Par contre, l'inverse est très bien accepté. Quand on demande aux gens de payer quelques euros pour qu’une ou deux personnes en reçoivent des millions, ça marche à fond! Particulièrement ce vendredi 13.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire