jeudi 15 décembre 2011

Supprimer les journalistes

Avec le terrible drame survenu à Liège, on a beaucoup moins parlé d’un autre fait d’actualité important: l’annonce de plans sociaux dans deux rédactions importantes du pays. On va supprimer des postes de journalistes. C’est normal, dira-t-on. Les journalistes sont des intermédiaires.  Avec l’Internet, on n’a plus besoin d’intermédiaires. Par exemple, quand on sait commander un billet d’avion ou réserver un hôtel en ligne, on n’a plus besoin d’agence de voyage. Quand on a quelques symptômes faciles à reconnaître, on ne doit plus aller chez le médecin. Pour des conseils juridiques de base ou des procédures courantes, on n’a plus besoin d’avocat. Les journalistes, c’est pareil. Chaque citoyen peut devenir soi-même reporter, commenter l’actualité, donner des explications ou faire d’excellentes analyses fines comme par exemple: « Encore un arabe ! ». Bon, évidemment, tirer des conclusions, c’est pas donné à tout le monde. Il faut un peu de sens logique. Dire que « si le tueur fou est d’origine arabe, alors tous les arabes sont des tueurs fous », n’est pas valide. Par contre, « tous les tueurs fous qui tirent sur des gens ont une arme à feu» est une affirmation vraie. Faudra sans doute engager un vrai journaliste pour enquêter davantage sur ce problème.

4 commentaires :

  1. Le journalisme papier a un avenir si il offre quelque chose de plus que ce que l'on peut trouver sur Internet ou dans le Métro. De l'analyse et du recul donc.
    Vous remarquerez que les journaux qui restructurent le plus sont France-Soir et Sud-Presse en Belgique.

    RépondreSupprimer
  2. Je cite: « tous les tueurs fous qui tirent sur des gens ont une arme à feu»....Je me permets d'affirmer que ce n'est pas nécessairement vrai. Un tireur fou peut être par exemple armé d'un arc à flèche d'une arbalète, d'un javelot ou que sais-je encore.....;=)

    RépondreSupprimer
  3. ... ou ne pas être armé, puisque, dans sa folie, il croit être armé !

    RépondreSupprimer