dimanche 6 novembre 2011

Frite en exil

Il n'y a jamais eu autant de demandeurs d'asile en Belgique. L'accueil est saturé. 13lignes a interrogé une frite en exil, qui a introduit un dossier récemment.
13lignes: Pourquoi voulez-vous venir en Belgique?
Frite: Mon peuple a toujours été apatride. Aux Pays-Bas, on dit que les frites sont flamandes. Aux Etats-Unis, on les appelle les « French fries », mais en France, on dit qu'elles sont Belges. Ce problème d'identité nous amène naturellement vers votre pays.
13lignes: Est-ce que votre dossier avance bien?
Frite: Non, l'administration est débordée. Les frites arrivent par paquets et les autorités n'ont pas le temps de digérer cet afflux de demandes. Tout le monde se renvoie la patate chaude.
13lignes: Vous vous sentez bien accueillie ici?
Frite: Oui, le Belge sait que la frite en exil fait partie de son histoire nationale. Mais au niveau administratif, on est un peu mangé à toutes les sauces. On doit se justifier. Dans mon pays, les frites sont persécutées. Là-bas, ce sont les mitraillettes qui dirigent tout.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire