samedi 1 octobre 2011

Quickscan

Il s'en passe des choses au Delhaize de Boondael. Des reporters font le tour de la planète, caméra à l'épaule, alors qu'il suffit parfois d'aller faire une course près de chez soi pour voir le monde évoluer. Aujourd'hui, c'était le premier jour du nouveau « quickscan », celui qu'on peut utiliser même quand on n'a pas la « carte de traçage ». Il n'y avait pas de file ce matin. Je me dirige vers une « hôtesse de caisse ». Elle me dit avec un grand sourire: « Si vous voulez, vous pouvez scanner les produits vous-mêmes juste à côté ». Je ne comprends pas bien. Pour une fois qu'il n'y a personne, que les petits vieux sont toujours à l'intérieur du magasin, occupés à bloquer méthodiquement les rayons avec leurs énormes charrettes vides, pour une fois que la caissière est souriante, elle me recommande d'aller voir ailleurs et d'utiliser la technologie qui va bientôt la rendre obsolète. Un peu comme si mon boulanger me disait, le sourire aux lèvres: « Vous savez, il y a maintenant des machines pour faire son pain soi-même à la maison! Plus besoin de venir ici! ». Que se passe-t-il? On dirait que les caissières sont heureuses de voir leur métier disparaître. On dirait qu'elles savent déjà ce qu'elles vont faire après. Espérons qu'elles ne comptent pas trop sur la prépension.

1 commentaire :

  1. Dussé-je faire la file une heure, je boycotte les caisses sans caissières! Et je ne rate jamais l'occasion d'expliquer pourquoi à la gentille dame qui m'invite à scanner: j'ai pas vocation à être fossoyeur d'emplois.

    RépondreSupprimer