lundi 31 octobre 2011

« Nique ta race »

Parfois, il faut prendre le recul nécessaire pour commenter l'actualité. Lorsque Marine Le Pen a déclaré qu'elle aurait préféré un prénom français pour la petite Giulia Sarkozy, on s'est dit: « Il y a un piège ». Premier enseignement: le Front national peut remercier Eric Zemmour, le premier à avoir réclamé plus de bébés « bien nommés ». En deux ans, il a construit chaque semaine le nouveau discours du F.N. Light, toujours à la limite de l'acceptable, censé emmener Marine au 1er tour, au second tour et peut-être au 7ème ciel. Puis on s'est dit que la « petite phrase » de Le Pen était détournée. Si on suit sa logique à la lettre: « Choisir un prénom français quand on est Président de la république », alors on devrait dire aussi « Choisir une épouse française », voire « Etre tout-à-fait Français soi-même ». Oui, "Bruni" et "Sarkozy", ça sonne un peu exotique. Marine veut donc un retour au « nique ta race », adapté à la sauce présidentiable. Pour lui répondre, il fallait sortir du cadre. Lui dire que les Français ne sont pas si intolérants: les plus peureux d'entre eux sont mêmes prêts à voter pour un candidat qui porte un nom de famille breton!

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire