lundi 29 août 2011

Tant qu’il n’y a pas d’accord sur tout, il n’y a d’accord sur rien

Dans la crise gouvernementale, il y a une série de phrases perturbantes. 13lignes propose d’aider le lecteur à les décrypter. Aujourd’hui : « Tant qu’il n’y a pas d’accord sur tout, il n’y a d’accord sur rien. » Ça a l'air clair à première vue. Ça veut dire que tout est lié dans la négociation. Mais à y regarder de plus près, il y a un problème logique. Pour arriver à un accord sur tout, il faut quand même se mettre d’accord sur une série de points successifs. Il faut bien commencer par quelque chose ! Parce que sinon, comment voulez-vous être d’accord sur tout un jour ? Ou alors ça voudrait dire que pendant les mois de négociation, on ne s’est jamais mis d’accord sur rien. On n’a jamais rien tranché. On a juste parlé sans décider quoique ce soit. Et c’est le dernier jour que tout va se passer. On va mettre un gros dossier sur la table avec "TOUT" écrit dessus. Et là, on dira « Bon, OK? ». Bref, on comprend mieux pourquoi ce jour risque de ne jamais arriver. La semaine prochaine, nous expliquerons la phrase : « On peut très bien parler de l’élargissement de Bruxelles, sans toucher à son territoire ». Une déclaration qui laisse pantois pas mal d’observateurs de la vie politique.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire