vendredi 15 juillet 2011

Après Google, les libraires masqueront également les titres des journaux

Pour comprendre cette décision, il faut d'abord expliquer ce qui s'est réellement passé entre Google et la presse belge francophone. Google, à côté d'être un moteur de recherche, propose aussi un service appelé « Google News », qui affiche sur une page les titres et le début des articles parus sur différents sites d'actualité. Quand on clique dessus, on est directement mené sur le site du journal en question. La presse francophone n'a pas accepté que Google puisse générer des revenus publicitaires sur base du travail produit par ses rédactions. Elle a donc sommer Google de cesser d'utiliser ses sources. Google, de façon un peu cynique, a appliqué cette décision à la lettre et a aussitôt arrêté de référencer l'ensemble des contenus de ladite presse sur son moteur de recherche, entraînant instantanément leur quasi disparition du web, tout dominé qu'il est par la « Google attitude ». C'est suite à cela que les libraires, auxquels les éditeurs de presse reprochaient également de dévoiler les titres de journaux dans leurs étalages, ont décidé de faire la même chose. Ils appliqueront désormais un produit masquant à gratter (tel que celui qu'on trouve sur les Subito) sur les articles à la une de tous les quotidiens, afin d'éviter que le chaland soit tenté de les lire.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire