jeudi 9 juin 2011

Impasse institutionnelle: la solution du docteur « J'vais dire »

L'affaire de la fausse doctoresse envoyée pour ausculter une patiente à la place de son compagnon médecin - le désormais célèbre "Docteur "J'vais dire" - a donné une nouvelle idée aux négociateurs fédéraux pour sortir de la crise politique. Après tout, après un an de discussions, tout doit être envisagé. Certains représentants des partis autour de la table ont donc décidé d'envoyer leurs conjointes négocier à leur place. Nous avons pu interroger l'un d'entre eux, désormais au repos, qui a chargé son épouse de régler à sa place le sort de la Belgique.
  • Est-ce que ce n'est pas un peu risqué ? Les dossiers sont quand même compliqués...
  • Ben, j'vais dire, moi ma femme quand je rentre le soir, je lui raconte en général tout ce qu'on a discuté, j'vais dire, et donc, j'vais dire, elle est un peu au courant de tout comme moi, je vais dire, et je sais qu'elle va faire ça bien, j'vais dire...
  • Oui mais quand même, il s'agit de l'avenir du pays!
  • Ben disons, j'vais dire, je sais que ma femme tient aussi à trouver des solutions équilibrées, j'vais dire, et puis on s'aime, j'vais dire, et je sais qu'elle aime son pays aussi, j'vais dire...

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire