lundi 6 juin 2011

DSK: les médias perdent-ils la mémoire?

Le journalisme a beaucoup évolué. Prenez le fait du jour dans l'affaire DSK. Pendant des semaines, on nous a dit que DSK niait les accusations. Son avocat a répété 10 fois qu'il plaiderait non coupable. Il y a eu de longs articles dans la presse pour expliquer le fonctionnement de la justice américaine, disant que l'audience du 6 juin serait courte et purement technique, que la victime présumée ne serait pas présente, qu'on n'y ferait que confirmer ce que la défense allait plaider. La veille, l'avocat de DSK l'a encore répété : « On va plaider non coupable ». Et tous les journaux ont bien expliqué qu'il n'y avait aucune surprise à attendre ce lundi, que la femme de ménage ne serait pas là, et qu'on allait juste confirmer que DSK plaiderait non coupable. Eh bien pourtant, des centaines de médias se sont postés devant le tribunal toute la journée. Puis, ils ont tous publié un article intitulé « DSK plaide non coupable » (précisant que la plaignante n'était pas là et que la séance fut brève). Deux explications possibles: soit la presse manie avec brio l'art de présenter de façon surprenante ce qu'on sait déjà, soit la plupart des journalistes sont atteints de la maladie d'Alzheimer.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire