vendredi 11 mars 2011

Tremblement de terre en 13 lignes

A la rédaction de 13lignes, on n'a pas beaucoup de moyens. Pas de caméra, pas de micro, pas d'appareil photo... Et de toute façon, on ne pourrait rien en faire. Les consignes éditoriales sont strictes: 13 lignes, et puis c'est tout. On est donc bien obligé d'exploiter le pouvoir des mots pour partager un regard sur l'actualité. C'est souvent possible. Mais lorsque se produit une catastrophe naturelle comme un tremblement de terre ou un tsunami, on est toujours défavorisé et complétement dépassé par la concurrence des grands médias. Eux peuvent se permettre de filmer et montrer - en gros plan et en couleur - l'immensité des dégâts, la force impitoyable de la nature, et la douleur intense des victimes. Que peut-on faire pour rivaliser avec cela? Devrait-on s'abstenir et ne pas couvrir l'événement? Renoncer au sensationnalisme et perdre d'importantes parts de marché? Que nenni! Ne reculant devant rien, 13lignes a envoyé une équipe sur place. Nous avons pu, parmi les décombres, retrouver Tayo, un Japonais de 82 ans, coincé dans les ruines d'un immeuble effondré. En exclusivité, nous retranscrivons ici, pour vous, le bruit de son dernier souffle: ”Ahhhhhyi”

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire