samedi 5 mars 2011

Ce fut donc Donfut

Professionnellement, l'objectif de la plupart des gens, c'est d'atteindre le niveau de Didier Donfut, le candidat qu'on veut « à tout prix ». Soyons clairs: on ne va pas polémiquer sur sa récente nomination à la tête de la société de logement 'Toit et moi', dont Donfut fut (il fallait la placer celle-là!) précédemment directeur, avant d'être ministre, puis de démissionner pour avoir accepté d'autres cumuls aux rémunérations jugées excessives. On ne criera pas au scandale. Prenons plutôt le problème à l'envers, d'un point de vue strictement professionnel. Franchement, un type qui a déjà fait prendre autant de risques à son parti, qui a été payé jusqu'à 13000 euros par mois, en plus d'un salaire de ministre, qui a démissionné, qui a été repris comme consultant, qui postule et qui est à nouveau sélectionné pour une fonction au sein d'un organisme dont on a changé le nom pour nettoyer son image du passé? Soyons honnêtes... Un type dont on parle dans tous les journaux dès qu'il a le malheur d'envoyer son CV, mais qu'on persiste à vouloir engager malgré tous les risques de scandale? Allez, reconnaissons-le: c'est qu'il doit quand même être vachement compétent, non?

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire