mardi 15 février 2011

Quelle est la différence entre la presse francophone et la presse flamande?

Pour comparer l'approche journalistique du nord et du sud, prenons un fait banal de la vie quotidienne: “Un homme glisse sur une peau de banane”. Sans attendre, les médias flamands s'emparent de l'affaire. La photo de la chute est publiée à la une de tous les journaux. Du côté francophone, on attend un jour ou deux. Ensuite, on écrit un article sur le “phénomène médiatique de la peau de banane en Flandre”. On dénonce l'importance donnée à cet événement, le sensationnalisme et le “tout à l'émotion” de la presse du nord du pays. On écrit de longs éditoriaux et on “ouvre un débat”. Mais au final, afin de “bien savoir de quoi on parle”, on publie quand même la photo de la chute! Pendant ce temps-là, un hebdomadaire flamand a retrouvé et interrogé la petite sœur de la peau de banane. Et déjà, les journalistes du nord dénoncent l'incompréhension de leurs collègues francophones, qui a leur tour écrivent un article sur cette différence de point de vue... Conclusion: glisser sur une peau de banane fait partie de la vie! Chaque journaliste, francophone ou flamand, décide d'en parler ou non. Et le fait qu'elle soit jaune et noire n'a aucune espèce d'importance...

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire