lundi 7 février 2011

Grève du sexe

Une sénatrice a proposé la dernière solution originale pour sortir de l'impasse institutionnelle: la grève du sexe! Selon elle, tant qu'il n'y a pas de nouveau gouvernement, les femmes “devraient garder leurs jambes fermées”, en particulier les épouses des négociateurs. L'idée s'inspire des femmes kénianes qui, en avril 2009, avaient débloqué la situation politique de leur pays de cette manière en moins d'une semaine. Il y aura donc un gouvernement fédéral dans les prochains jours! Et on imagine déjà les dernières séances de négociation, très tendues, avec d'un côté les hommes: “Bon écoutez, je suis prêt à lâcher un maximum!”, “Ne nous mettez pas la pression, s'il-vous-plaît!”, “Je pense qu'on est tous prêts à splitter!”. Et de l'autre, les femmes: “J'ai toujours dit que j'étais disponible, je n'ai aucune exclusive!”, “Et moi, je suis prête à reparler de l'emploi des langues s'il le faut!”. Bref, on sent bien qu'on arrive à un momentum dans les négociations. Un nouveau gouvernement devrait voir le jour rapidement. Avec à sa tête, sans doute, un premier ministre qui aura su garder la tête froide et rester au-dessus de la mêlée...

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire