lundi 6 décembre 2010

Echec et math

Ce soir, j'ai du me pencher sur un problème, soumis à mon neveu âgé de 12 ans, et pour lequel il a obtenu un échec cuisant (0,5/5). Titre: « Résoudre des compétences ». Enoncé: « Le grand-père de Julien cultive des fraisiers sous 5 serres tunnels dans le sens de la largeur de son jardin. Chaque serre tunnel occupe une largeur de 1,4 m. L'intervalle entre chaque serre tunnel est de 0,8 m. Les serres tunnels situées aux extrémités se trouvent à 1,8 m des clôtures. Quelle est la largeur de son jardin? ». Notez que je n'inclus pas cet énoncé dans le comptage des 13 lignes. Après tout, je ne fais que citer un passage emprunté. Je ne suis pas Houellebecq, tout de même! Mais revenons au problème: a priori, tout paraît logique et simple. Sauf si on se met à penser au « sens de la largeur d'un jardin ». Est-ce leur longueur qui est dans le sens de la largeur du jardin? Alors c'est la longueur du jardin qu'on peut mesurer! Bref, la formulation n'est pas claire. Mais il y a mieux: que signifie le titre « résoudre des compétences »? On peut résoudre un problème, mais comment résout-on des compétences? Ces deux mots semblent jurer, un peu comme « dénoyauter des ampoules » ou « cracher des hamsters ». Et puis au fond, est-ce que dans la vie réelle, on ne calcule pas plutôt, sur base de la largeur connue d'un jardin, le nombre de serres qu'on pourra y placer, et non l'inverse? En fin de compte, je suis assez fier de mon neveu, qui s'est planté totalement dans cet exercice. Cela prouve qu'il peut s'adapter rapidement à des comportements surréalistes. Il a d'ailleurs très bien appris la leçon en datant erronément son interrogation au 25 décembre 2010, jour de congé officiel où il est absolument impossible d'être au cours de mathématique. Une sorte de clin d'œil au prof, lui disant: « Eh, moi aussi, je délire parfois! »

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire