vendredi 15 octobre 2010

Les années 13

C'est à Jérusalem, dans une chambre d'hôtel 3 étoiles sans jus d'orange, que j'ai fait la connaissance de M. Fleury, un passionné de peintres du midi qui tient une galerie d'art dans le VIIIème arrondissement. Qu'on ne se méprenne pas : il n'était pas effectivement dans ma chambre, mais passait en rediffusion sur TV5Monde Maghreb Orient, dans une émission promotionnelle. M. Fleury y présentait des peintres dont j'ignorais tout jusque là. Tous des amis de Matisse. Cela semblait être la marque de leur talent, d'avoir connu Matisse, d'avoir fréquenté le même atelier. Un peu comme la musique des potes de Mozart (les losers qui traînaient avec lui mais n'ont jamais percé). Soit. Je voudrais juste dire à M. Fleury que lorsqu'il dit “ceci est une toile des années 19”, ou “voici un tableau des années 52”, il y a un problème. En réalité, même si l'expression sonne bien, il ne faut pas oublier qu'il n'y a eu qu'une seule année 1919 et une seule année 1952. Tout comme il n'y a eu qu'un seul Matisse. J'espère que le message passera, au moins auprès des deux fils Fleury, qui, encore maladroits dans leur élocution sur l'art, reprendront bientôt la galerie de papa.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire