dimanche 19 septembre 2010

Une brique dans le ventre

J'ai bien lu: "un député fédéral veut castrer un ancien évêque pédophile avec deux briques". J'espère qu'aucun journaliste étranger ne reprendra l'information. Car c'est difficile d'expliquer à un public qui ne connaît pas la situation politique belge, comment on en est arrivé là. Bon, je vais essayer. A la base, le député en question n'a pas un mauvais fond. Il veut montrer son indignation face aux récents scandales de pédophilie, face à l'impuissance de la justice, face au drame des victimes en attente d'une réparation. Mais il ne sait pas s'exprimer. Et en plus, il a perdu les dernières élections. Il exige une punition symbolique, mais très vite, il s'emballe, et ajoute qu'il faut castrer l'ex-évêque en aveu. Et comme ce député veut entretenir une image "pragmatique, orientée solutions" et qu'il parle dans un journal très populaire, dont le lectorat raffole d'images concrètes, il précise qu'il est prêt à « s'acquitter de cette dernière tâche à l'aide de deux briques ». Voilà comment on arrive à de tels titres dans notre presse nationale: pour parler au peuple belge, il faut utiliser des concepts qu'il connait. Et la brique, c'est vrai, c'est notre spécialité!

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire