vendredi 17 septembre 2010

Sevrage politique

Arrêter de fumer, ce n'est pas si difficile. Le sevrage est dur au début mais après on s'habitue. C'est un peu comme quand le gouvernement tombe. Les premiers jours, c'est terrible. On panique, on ne pense qu'à cela, on ne parle que de cela: "Que va-t-il se passer? Et le pouvoir d'achat? Et nos pensions?" On est très nerveux. Après une semaine sans gouvernement, ça va déjà un peu mieux. On en parle moins. Il y a d'autres sujets de conversation. Mais il faut faire attention aux situations à risque. Par exemple, après le repas, quand on discute longtemps à table, il arrive qu'on craque: « Tiens, on n'a toujours pas de gouvernement? ». Ce n'est pas le manque. C'est l'habitude. C'est psychologique. Il faut attendre deux minutes, penser à autre chose, et ça passe. Après plusieurs mois, cela va beaucoup mieux. On se sent libéré et on se surprend même à imaginer une vie sans gouvernement. Mais attention, il faut rester vigilant! C'est comme les ex-fumeurs qui n'oublient jamais totalement la cigarette: parfois, après des mois, alors qu'on pensait que c'était totalement fini, il se constitue finalement un nouveau gouvernement!

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire