samedi 3 avril 2010

Nuit et brouillard

Afin de soutenir le Pape et l'Eglise, pris dans la tourmente des révélations de scandales pédophiles, un Prédicateur a comparé ces accusations aux « aspects les plus honteux de l'antisémitisme ». On dirait que c'est une tendance, l'allusion à la seconde guerre mondiale, au régime nazi, à la Shoah. On l'a même entendue chez nous cette semaine dans le débat sur les bourgmestres non-nommés de la périphérie! Cela entraîne bien sûr un lot de réactions scandalisées qui dénoncent, à juste titre, la banalisation de l'Holocauste. Car c'est carrément la « banalisation de la banalisation de l'Holocauste » qui est à l'œuvre. Jusqu'où ira-t-on? Va-t-on bientôt utiliser la comparaison au restaurant: « Ca vous a plus Monsieur? », « Franchement, le potage en entrée était infect. On se serait cru à Auschwitz! ». Les navetteurs en colère vont-ils écrire à la SNCB que les trains étaient plus souvent à l'heure entre 1943 et 1945? L'allusion au régime nazi va-t-elle s'infiltrer dans nos échanges privés quotidiens ? « Chérie, calme-toi! Quand tu me regardes comme ça, cela me rappelle les heures les plus sombres de l'histoire de la seconde guerre mondiale. ».

2 commentaires :

  1. On appelle ça aussi "atteindre le point Godwin".
    Voir la loi de Godwin: http://fr.wikipedia.org/wiki/Loi_de_Godwin

    RépondreSupprimer
  2. "Quand j'écoute du Wagner, j'ai envie d'envahir la Pologne"

    Woody Allen

    RépondreSupprimer