mercredi 10 février 2010

Poésie naissante

On critique souvent le nouveau langage politiquement correct. Quand on parle d' "hôtesse de caisse" ou de "technicienne de surface", certains disent que c'est pour embellir des emplois peu valorisants ou des conditions de travail difficiles. Qu'on évoque les "malentendants" ou les "personnes à mobilité réduite", on dira que c'est pour mieux cacher la souffrance d'un handicap. Tout comme on nierait les différences en parlant de "personne issue de l'immigration", etc. C'est possible. Mais je trouve qu'au lieu de dire du mal de cette évolution dans le discours officiel ou journalistique, on ferait mieux de faire la même chose dans nos vies privées. Bon sang! Un peu plus de poésie sur les événements de l'existence ne nous ferait pas de mal. La femme d'un ami va être maman pour la seconde fois. C'est toujours un moment magique. Un être fait son apparition dans le monde. Le miracle de la vie se produit à nouveau, avec tout l'émerveillement et l'espoir qu'il suscite à chaque fois. Et là où la poésie aurait toute sa place et où le politiquement correct devrait être la règle, on finit par se surprendre en train de dire: « Elle accouche de son deuxième ».

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire