mardi 9 février 2010

Fable de la Meuse

Maître Hoyos, sur un noble perchoir, tenait en son bec un portable.
Maître Mouyard, à l'humour mal léché, lui tint à peu près ce message :
"Hé ! bonjour, Monsieur du Hoyos. Que vous êtes joli ! que vous me semblez beau !
Sans mentir, si votre ramage se rapporte à votre plumage,
eh bien... c'est vrai que t'as un beau cul!"
A ces mots le Hoyos ne se sent pas de joie ;
Et pour augmenter son nombre de voix,
Garde le SMS, et contacte la presse.
Le Hoyos s'y offusque, et dit : "Mon bon Monsieur,
Apprenez que tout dragueur vit aux dépens de celui qui l'écoute.
Cette leçon vaut bien la première page sans doute."
Le Mouyard, honteux et confus,
Jura, un peu plus tard, qu'on ne l'y prendrait plus.

1 commentaire :

  1. EXTRAORDINAIRE !!! (une fois de plus)
    Celle là je la garde pour mes archives namuroises !!!

    Ciao

    RépondreSupprimer