lundi 14 décembre 2009

Berlusconi opéré Delajoux

Je suis tellement fier d'être Belge aujourd'hui, fier d'habiter ce petit pays paisible où il fait si bon vivre. On l'a bien vu ces derniers jours: nos grands collègues européens n'ont pas du tout la même façon d'aborder les problèmes. Chez nous, lorsque il y a un désaccord, nous avons des voies de recours, des pétitions, des forums sur le net, des actions en justice, des procédures de conciliation, des tribunaux, des formulaires de réclamation... Nous avons tant de possibilités pour faire entendre notre voix qu'il faut en général plusieurs années, voire des décennies, pour les épuiser toutes. Cela nous occupe. On passe le temps. Et même si notre colère du début n'a pas totalement disparu, nous sommes au moins apaisés, en tous les cas trop fatigués pour songer à commettre un acte de violence. Dans les autres pays européens, c'est très différent. On vient de le voir en France et en Italie. On y trouve les mêmes possibilités pour se faire entendre légalement. Et pourtant, il y a souvent une bonne raclée ou un coup de poing dans la gueule qui se glissent en cours de procédure.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire