dimanche 29 novembre 2009

Zoo politique

Ces derniers temps, on a vu revenir les « vieux crocodiles » au devant de la scène. Certains ont tenté de sortir « leur lapin blanc », mais des « taupes » ont fait en sorte qu'il soit vite le « dindon de la farce ». Il fallait bien qu'il y ait un pigeon dans cette histoire. Le reste de la bergerie n'a pas osé sortir du bois et est resté muet comme une carpe. Bande de poules mouillées! Pendant ce temps-là, de jeunes loups rusés comme des renards et fiers comme des coqs se positionnent pour prendre la place du lion et de ses dauphins. Mais certains éléphants, entourés de leurs gorilles, s'accrochent: ils sont trop attachés à leur Jaguar et leurs manteaux de vison. Les autres les suivent comme des moutons, tandis que les vautours guettent les négociations en cours, menées par quelques dinosaures, et espèrent en retirer un « gros poisson ». C'est d'ailleurs leur seul cheval de bataille à ces blaireaux! Mais on n'apprend pas à un vieux singe à faire des grimaces. La vache! Quand on voit le nombre d'animaux présents dans la vie politique, on se dit qu'il y a peut-être une place pour un nouveau parti qui voudrait s'occuper des "gens".

1 commentaire :

  1. Allez mon lapin, t'es aussi endurant qu'un cheval de trait ! Continue à piétiner la fourmilière. Un jour tu gagneras des sous avec tes pattes de mouches.

    RépondreSupprimer